Mali: L’Allemagne annonce la suspension de ses opérations militaires jusqu’à nouvel ordre.

L’annonce a été faite ce vendredi 12 août par le ministère de la défense allemand. 

La coopération militaire entre les deux pays s’est beaucoup amenuisée ces derniers mois. 

Selon le ministère de la défense allemand, le doute devient grandissant ces derniers mois quant à la nécessité pour l’Allemagne de continuer à opérer militairement au Mali sur fond d’une coopération de plus en plus compliquée avec les autorités maliennes.  

La situation s’est davantage compliquée depuis que les autorités maliennes ont décidé de renforcer sa coopération militaire avec la Russie. 

Une coopération qui a davantage poussé à la rupture entre le Mali et les pays occidentaux plus particulièrement la France.  

Cette dernière considère encore ces anciennes colonies comme faisant partie de son pré carré. 

Pour elle, la françafrique ne doit pas changer et l’État français ne va pas changer aussi. Il doit continuer de préserver l’Afrique comme son pré carré. 

Donc la crise qui oppose les colonels maliens au gouvernement allemand n’est pas surprenante. 

Le ministère de la défense allemand a fait savoir aujourd’hui que la suspension des opérations militaires est due au fait que les autorités maliennes lui ont plusieurs fois privé le droit de survol du territoire malien. 

L’Allemagne en a donc tiré les conséquences en suspendant «jusqu’à nouvel ordre» la majeure partie de ses opérations militaires au Mali dans le cadre de la mission de l’ONU (Minusma), après un nouveau refus de survol par les autorités maliennes. 

«Le gouvernement malien a encore une fois refusé d’autoriser un vol prévu aujourd’hui» qui devait assurer une rotation de personnel, a expliqué un porte-parole du gouvernement . En conséquence, «nous suspendons jusqu’à nouvel ordre nos opérations de reconnaissance et les vols de transport par hélicoptère» car «il n’est plus possible de soutenir la Minusma sur le plan opérationnel». 

« Cela a des répercussions graves sur notre engagement au Mali et la sécurité de nos soldats est prioritaire » ajoute-t-il. 

Le porte-parole du gouvernement allemand Steffen Hebestreit a annoncé qu’en principe le gouvernement allemand est prêt à continuer sa mission. 

Mais selon lui,  sans l’accord des autorités maliennes un engagement quelconque du côté allemand reste impossible. 

Et c’est justement pour faciliter cette coopération que le chef du département politique pour l’Afrique, l’Amérique latine et le proche orient, Christian Buck au ministère des affaires étrangères s’est rendu au Mali pour dénouer la crise. Les autorités l’ont selon le ministère rassuré que la rotation du personnel militaire allemand allait être rendue possible très prochainement. 

La ministre de la Défense Christine Lambrecht aurait aussi tenté de clarifier la situation ce jeudi 11 août 22 au téléphone avec le ministre de la Défense malien Sadio Camara qui lui avait donné des garanties pour ce qui de la rotation du personnel militaire allemand. Et que l’Allemagne ne connaîtra aucune nouvelle interdiction de survol. 

Mais selon elle,  face au refus des autorités maliennes de respecter ses  engagements, la suspension des opérations militaires étaient nécessaires. 

Elle s’est exprimée aujourd’hui sur son compte Twitter en annonçant que les dires et faits du ministre Sadio Camara sont totalement différents. 

Il faut rappeler que la mission onusienne MINUSMA est au Mali depuis 2013, et le Conseil de sécurité de l’ONU a prolongé son mandat fin juin pour une année supplémentaire.  

Le nombre de soldats allemands au sein de la Minusma est passé de 1100 à 1 400, notamment pour compenser le départ des forces françaises. Et c’est sa plus grande mission étrangère. 

Le parlement allemand a entériné la prolongation du mandat jusqu’au 31 mai 2023. 

Or,  malgré la présence d’un important contingent militaire allemand ainsi que celle d’autres pays européens au Mali,  la tourmente sécuritaire pour le pays est sans fin. 

Les attaques jihadistes et des pertes en vie humaine se multiplient sur toute l’étendue du territoire malien. 

En effet, la posture du ministre Lambrecht est pour l’heure très différente de celle de ses prédécesseurs qui agissaient avec tact et retenue. 

On a comme l’impression qu’elle veut dans cette crise qui oppose les deux États depuis des mois  adopter la posture d’une donneuse de leçon, sur fond du néocolonialisme,  du paternalisme. 

Pourtant, L’Allemagne sous Angela Merkel a noué de très bonnes relations avec les États africains. Et l’Allemagne fait partie de l’un des premiers investisseurs en Afrique et devant la France bénéficiant donc jusqu’ici d’une bonne réputation sur le continent africain. 

L’ancienne chancelière allemande Angela Merkel a pu à travers son initiative“ Compact with Africa” nouer des bons partenariats et des coopérations sur le plan économique avec certains États africains comme le Ghana par exemple. 

Elle a donc légué une très bonne base de coopération politique,  économique, militaire à l’actuel gouvernement composé de sociaux-démocrates,  des écologistes et des libéraux démocrates. 

Espérons que l’actuelle ministre de la Défense ne va pas remettre ces acquis de l’ancienne chancelière Angela Merkel en cause dans le but de jouer le rôle du gouvernement français aux attitudes néocolonialistes.

Aissatou Cherif Balde

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *