Guerre en Ukraine: Les actifs de Renault en Russie sont désormais la propriété de Moscou.

Les actifs de Renault en Russie sont désormais propriété de l’Etat russe, annonce Moscou. On parle de deux milliards d’actifs de la société française. 

Cette décision a été prise en connivence avec Renault qui n’avait plus le choix. 

Compte tenu des sanctions de l’Union européenne contre la Russie, la situation de production des automobiles devenait de plus en plus impossible. L’usine ne tournait plus faute d’importation de composants nécessaires pour la fabrication des 500 milles voitures. 

Le directeur général de Renault, Luca de Meo, cité aujourd’hui dans un communiqué du groupe a déclaré ce qui suit « nous avons pris une décision difficile mais nécessaire et nous faisons un choix responsable envers nos 45 000 salariés en Russie, tout en préservant la performance du groupe et notre aptitude à revenir dans le pays à l’avenir, dans un contexte différent ». 

Le conseil d’administration de Renault a selon lui « approuvé à l’unanimité la signature des accords pour céder 100 % des parts de Renault Group dans Renault Russie à la ville de Moscou et sa participation de 67,69 % dans Avtovaz à NAMI (l’Institut central de recherche et de développement des automobiles et des moteurs) ».. Toujours selon ce communiqué, Renault ne donne aucun montant. 

Le groupe automobile a toutefois précisé qu’il garderait l’option de racheter ses parts pendant six ans.

Le maire de Moscou, Sergey Sobyanin, a indiqué de son côté que Renault avait décidé de fermer son usine près de la capitale russe, qui produit des voitures Nissan et Renault. 

Il s’agit ici des conséquences de la guerre en Ukraine et des sanctions européennes infligées à la Russie depuis le début de la guerre en Février dernier. 

Toutefois, cette fermeture demeure une énorme perte pour l’industrie automobile française. 

Car la Russie est le deuxième marché du groupe Renault dans le monde derrière l’Europe, avec près de 500 000 véhicules vendus en 2021. 

Mais la présence du groupe dans le pays est remise en cause depuis le début de l’offensive russe en Ukraine puisque les belligérants de ce conflit refusent mordicus de donner encore de la place à la paix et à la diplomatie. 

Ils préfèrent faire parler les armes et avec pour perdants les populations ukrainiennes et européennes qui subissent à plein fouet l’impact de la guerre en Ukraine. 

Reste à savoir, si les autres entreprises françaises présentes en Russie telles que Auchan vont aussi suivre le pas de Renault. 

Auchan reste pour le moment, malgré les critiques en Russie. Cette autre entreprise française réalise en Russie 10 % de ses ventes mondiales. Son PDG Yves Claude, a défendu, dimanche 27 mars, le maintien des activités du groupe en Russie. 

Car selon lui, l’entreprise a un positionnement de “discounteur” et ils pensent contribuer en période de forte inflation à protéger le pouvoir d’achat des habitants », ajoute-t-il, précisant ne pas vouloir priver ses salariés, dont 40 % sont actionnaires, de leur emploi et ses clients de leurs besoins alimentaires quotidiens. 

Une chose est certaine, la Russie n’aura pas de difficultés à remplacer les entreprises européennes par celles chinoises ou indiennes. 

Aïssatou Chérif Baldé 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.