Guerre Ukraine – Russie : quelle conséquence pour les africains qui y s’y trouvent?

Depuis le début de la guerre en Ukraine le 25 février dernier, nous assistons à un cri de cœur des ressortissants africains qui se trouvent aujourd’hui coincés à la frontière entre la Pologne et l’Ukraine. 

Il s’agit pour la plupart des étudiants africains venus de tous les horizons. 

Sauf que depuis le début de la guerre, ils sont victimes de racisme. Ils seraient selon plusieurs témoignages de jeunes africains relayés par les médias allemands tels que la chaîne de télévision publique das“ Erste” ou le Magazine d’information “Spiegel”  par exemple victimes de discrimination. 

Ces jeunes Africains et Guinéens qui ont tenté de passer la frontière entre l’Ukraine et la Pologne et que notre rédaction a pu joindre au téléphone, témoignent tous d’une différence de traitement entre les réfugiés. 

Parmi eux, il y a Bachir Diané, un étudiant guinéen qui vivait en Ukraine jusqu’à présent. 

Depuis que la guerre a commencé, il a décidé de fuir le pays. Il a donc pris quelques affaires et s’est mis en route en direction de la Pologne. Il raconte avoir dû marcher pendant des heures et des jours avant d’arriver à destination. 

“On avait très froid, très faim, je voulais dormir mais il faisait trop froid” , témoigne t-il. 

Et dans son témoignage-vidéo  qu’il a fait parvenir à notre rédaction, il dit avoir été victime d’une maltraitance sans précédent de la part de l’armée ukrainienne. Il a même fait une crise due aux conditions climatiques mais aussi à la famine et aux traitements inhumains dont les africains sont victimes à la frontière Ukraino-Polonaise. 

Mais Il a pu quitté l’Ukraine et se trouve depuis hier 02 mars avec 4 autres guinéens à Varsovie, la capitale polonaise. 

Ces jeunes guinéens traumatisés et sous le choc désirent tous se rendent en Allemagne. 

Ils ont à cette occasion échangé avec l’organisation guinéenne de défense des droits des guinéens et des africains en Allemagne (Guinée-Solidaire-Organisation. e. V. Hamburg) par le biais de certains responsables de l’ambassade de la Guinée à Berlin qui n’ont pas souhaité être cités dans cet article. 

Et l’organisation s’est dit prête à les recevoir, tout en leur fournissant toutes les informations nécessaires sur la procédure à suivre une fois en Allemagne. 

Selon un autre jeune étudiant guinéen originaire de Kindia du nom de Alhassane Fernandez qui est arrivé hier nuit aux environs de minuit à Berlin, la situation des Guinéens et des Africains est très alarmante. Il est aussi accueilli par l’association Guinée-Solidarité-Organisation e. V. et conduit directement dans un centre d’accueil à Berlin. 

Et Il se dit de son côté plus que jamais soulagé d’avoir échappé à cette guerre affreuse. 

Il faut noter que la région de Berlin a mis en place plusieurs centres d’accueil pour pouvoir accueillir dignement les réfugiés. 

Car la distance entre Berlin et Pologne ne dure que 4 h 48 min (438,6 km). Donc cette région allemande est très proche de la Pologne où affluent plusieurs réfugiés de cette guerre. 

Et c’est pourquoi le gouvernement de cette région allemande a réagi en mettant en place plusieurs centres d’accueil à l’image de celui qui est situé sur la Oranienburger Straße 285, 13437 Berlin-Reinickendorf pour pouvoir faire face aux besoins des réfugiés. 

Toujours selon deux autres Guinéens se trouvant actuellement dans un autre centre d’accueil à Francfort, les Guinéens et les Camerounais sont ceux qui souffrent le plus du manque d’assistance de leur gouvernement. 

Alors ces Africains présents sur le sol Ukrainien déchiré par la guerre et donc abandonnés par la plupart de leurs gouvernements et l’Union Africaine, ne comptent désormais que sur leurs frères et sœurs de la diaspora en Europe. 

Car malheureusement depuis le déclenchement de la guerre en Ukraine le 25 février dernier, les ressortissants des pays africains connaissent des fortunes diverses. 

Si les ressortissants des pays africains comme le Maroc, l’Afrique du Sud, le Ghana, le Nigeria, l’Égypte bénéficient de l’assistance de leurs pays, les autres vivent un enfer à nul autre pareil, sous l’indifférence totale de leurs gouvernement, dont la Guinée, interpellé pourtant à plusieurs reprises par la journaliste et défenseure des Droits de l’Homme, Aïssatou Chérif Baldé. 

L’ONG Guinée-Solidaire-Organisation e. V, dépassée par l’indifférence des autorités guinéennes, en vue d’enclencher la Dynamique de Solidarité des Africains de la Diaspora en Europe, a engagé depuis plusieurs jours, une opération de soutien aux frères et sœurs, Guinéens et Africains quittant actuellement l’Ukraine en raison de la guerre qui s’y déroule. 

Ces Africains, notamment ces Guinéens qui comptent parmi les 500.000 réfugiés, font face à des actes de racisme, de xénophobie et sont privés de ressources : Ils ont besoin d’aide et de secours !

Et qu’est ce qui empêche aujourd’hui le gouvernement guinéen notamment son ministère des affaires étrangères et des guinéens de l’étranger d’organiser l’évacuation des guinéens de façon professionnelle, ordonnée à partir de son ambassade à Berlin, à l’image de l’ambassade de la Côte d’Ivoire à Berlin ? 

Ceci dit, le gouvernement guinéen préfère briller depuis par un manque de solidarité et de professionnalisme dans la mise en place d’un projet d’évacuation rapide de nos compatriotes guinéens. 

En attendant, chaque Guinéen tente de quitter l’Ukraine avec ses propres moyens et au péril de sa vie. 

Et l’association Guinée-Solidaire-Organisation e. V. a mis en place un Dispositif de contact pour la réception en Allemagne de tous les Guinéens et Africains. Élan de solidarité panafricain oblige. 

Aïssatou Chérif Baldé 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.