Guinée: La junte militaire démystifie le poste de premier ministre et le réduit au rôle de répétiteur.

Elle démontre depuis sa prise du pouvoir l’éclairante démonstration de l’inutilité institutionnelle du premier ministre en Guinée. 

Or, « Un Premier ministre est avant tout un homme d’action, et doit déterminer et conduire les actions de la nation ». 

Le président, lui, «assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’Etat».

Mais on dit aussi souvent que la différence entre le terme politicien et homme d’état s’explique comme suit:” le premier c’est à dire le politicien pense à la prochaine élection, le second notamment, l’homme d’état pense à la prochaine génération”. 

Sauf que dans le pays de Mamady Doumbouya, on n’y trouve que le premier c’est à dire le politicien qui ne pense qu’aux élections prochaines, et jamais le deuxième, l’homme d’état qui pense à la future génération. 

Et c’est pourquoi on y plante un premier ministre et il y pousse un acteur de théâtre-péssé, réduit au rôle de simple répétiteur, belliciste, opportuniste, adepte du pouvoir des pires. 

L’argument du bon sens aurait d’ailleurs souhaité de supprimer le poste de premier ministre dans cette phase de transition politique. 

Car il faut se rendre à l’évidence que le poste de premier ministre est au mieux une incongruité constitutionnelle, pour ne pas dire un supplice. Il provoque depuis l’ère de Lansana Conté des coliques néphrétiques, des humiliations à répétition du peuple. 

La sortie éhontée de l’actuel premier ministre M Bernard Gomou, nommé tout récemment sur fond de népotisme en réaction à la sortie de M Embalo président en exercice de la Cédéao met à nu le mal de l’État guinéen et le supplice de ce poste. 

Aujourd’hui la junte militaire guinéenne avec sa nouvelle caste de jouisseurs en premier lieu Bernard Gomou agissent comme des serials-menteurs, des gangsters issus des Ghettos les plus dangereux de la planète.

On sent qu’ils ne soucient pas de l’image de la Guinée et ne pensent qu’à l’entretien du système mafieux qu’on impose aux guinéens depuis 65 ans afin de continuer à jouir des privilèges qui en découlent. 

Pire encore, opposants tout comme acteurs de l’État guinéen, on fait face pour la plupart qu’à des profiteurs d’occasions, nuisibles et opposés depuis 65 ans à l’intérêt du peuple.

Sinon comment peut-on expliquer qu’un premier ministre responsable réplique de cette façon violente, irresponsable et éhontée face à la sortie du président en exercice de la Cédéao, sans faire preuve de sérénité, de retenue, de tact dans le respect strict des standards du langage diplomatique. 

Certes M Embalo a aussi manqué de tact dans sa démarche et a oublié aussi que les mots du politique sont un outil pour comprendre, convaincre et agir. 

Et que pour pouvoir gérer les conflits et défis actuels dans cette région de l’Afrique, il est primordial d’agir de concert avec les autorités des pays concernés pour conserver ou acquérir une influence au sein de la région. 

Mais cela n’explique pas cette sortie éhontée du premier ministre Bernard Gomou rabaissé au  rang d’exécutant. 

En effet lorsque premier ministre tu veux surfer sur la carte du nationalisme, du panafricanisme, tu devrais aussi être en mesure d’assumer tes dits et vivre selon les principes fondamentaux du panafricanisme opposés à l’ethnocentrisme politique, à la division des peuples d’Afriques, à  l’exploitation des africains, à leur appauvrissement, à l’enrichissement illicite et surtout déclarer tes biens. 

Cependant cette junte militaire n’incarne rien de tout cela. 

M Bernard Gomou, le premier des ministres, démontre à travers cette sortie belliciste qu’il est le reflet de l’incompétence, de la médiocrité, de l’arrogance, le management des pires. 

Il est le chef d’un gouvernement de kakistocrates qui n’est rien d’autre qu’ une forme de gouvernement dans laquelle les pires personnes sont au pouvoir.

C’est-à-dire que c’est l’oligarchie, les médiocres où seulement quelques privilégiés de l’État qui ont le droit de prendre les rênes du pays. 

Pourtant il existe bien d’autres mécanismes pour exprimer son désaccord. 

Car il suffit d’un rien pour que la fragile mécanique qui préside aux relations entre États souverains se grippe et, parfois, se coince franchement. D’un rien ou d’un ”beaucoup. 

Mais l’actuel monarque guinéen, sur qui beaucoup de personnes ont placé leur espoir afin d’inverser cette situation crisogène qui n’a que trop duré, n’y prête pas attention. 

Sinon il allait éviter de tomber dans le piège de la Cédéao pleureuse des peuples africains syndicat des présidents rôtisseurs, tripatouilleurs de constitution et ces laquais des puissances impérialistes ne représentant que les intérêts de celles-ci en Afrique. 

Par ailleurs, en nommant Bernard Gomou au poste de premier ministre, le psdt Mamady Doumbouya a démystifié ce poste. Il passe son temps à fabriquer des sous-dictateurs, des marchands de décrets sans compétence devenus des missiles qui veulent foudroyer tous ceux qui critiquent son pouvoir. 

La junte militaire guinéenne est un exemple illustratif de la propagation de ces insignifiants sous-dictateurs en manque de moralité, de patriotisme et d’intégrité. 

Et pour continuer à encourager l’idiotie, tous les moyens sont bons et ils ne laissent rien au hasard: manipulation, bourrage de crâne, corruption, ethnocentrisme politique, mensonge, perfidie, alibi démocratique, cynisme et maintenant des clashes diplomatiques tels les monstres des réseaux sociaux qui passent leur temps à proférer des injures publiques. 

Tout passe pour qu’ils puissent continuer à jouir du beurre et l’argent du beurre. Ils se servent de la division, de l’ignorance du peuple, du manque d’audace, de clarté et de persuasion des opposants qui sont devenus des alliés de circonstance du RPG-arc-en-ciel source du chienlit actuel. 

L’unique et véritable conviction de la junte est l’absence de conviction, associée à une insolence importune et à un art éhonté du mensonge. 

Ce genre de personnage ne parle de souveraineté que pour la pervertir.

Car être à l’écoute du peuple, lui rendre son droit à la parole pour participer à la construction de la société ne font pas partie des projets de ce genre de personnages. 

Et d’ailleurs, ils ne seront jamais prêts à  écouter le peuple et tu les entendras toujours trouver les responsables du retard de la Guinée ailleurs. 

À travers cette façon va-t-en-guerre de faire, ils donnent le pouvoir à la Cédéao, l’antichambre du néocolonialisme de faire de la Guinée le Burundi de l’Afrique de l’ouest, puisque cette institution n’a jamais été à côté du peuple de Guinée. 

Enfin Mamady Doumbouya cette sortie de votre troupe sans réserve sonne comme un malheureux présage, celui d’un pourrissement définitif et du glissement vers l’usage de la force : sanctions économiques, rupture des relations bilatérales.

Et le grand perdant demeure le peuple de Guinée, puisque ni la junte, ni les politiques, ni les monstres des réseaux sociaux ne vont souffrir des sanctions que vont prendre la cedeao pleureuse des peuples africains. 

Il est donc temps de mettre de l’ordre dans le foisonnement des relations directes entre la Guinée  et les chefs d’États de cette institution obsolète . Et de trouver un langage commun qui facilite une gradation dans l’expression du mécontentement de l’État à l’égard des autres et contenir les conflits, comme celui survenu entre vous et Embalo. 

Sur ce, il est opportun de changer ce gouvernement en commençant par votre premier ministre, sans oublier le ministre des affaires étrangères et des guinéens de l’étranger ou encore le porte de votre gouvernement de transition. 

AISSATOU CHERIF BALDE 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.