Tenant du pouvoir en Guinée-Jeu politique guinéen: Mamady Doumbouya peut-il devenir le Rawlings guinéen ?

Observez bien le comportement de ces gens et leur jeu ! 

Trouvez-le surprenant, même s’il n’est pas singulier, exception, inexplicable,particulier.

Même s’il est ordinaire Incompréhensible, même s’il est la règle. 

Oui allez-y ne lâchez pas prise ! 

Même le plus petit acte, le plus petit geste, le plus petit fait, la plus petite décision, le simple en apparence, observez-les quand-mêmes avec méfiance ! 

Surtout de ce qui est l’usage, de ce qui se passe, de ce qui se fait dans ce pays.

Examinez la nécessité, l’impact! 

Nous sommes certes très peu nombreux dans ce pays, mais nous vous en prions instamment: Ne trouvez pas naturel ce qui se produit sans cesse dans ce pays du nom de Guinée-Conakry! 

Qu’en une telle époque de confusion, de transition politique incertaine, d’aspiration à un changement lointain peut être.

De désordre institué, d’arbitraire planifié, d’un peuple souvent déshumanisé, rien ne soit dit naturel, afin que rien ne passe pour immuable.

Alors mettez-vous à la tâche !

Observez bien et vous vous rendrez bien compte que l’immuable Malick Sankon le désormais ancien directeur général du caisse nationale de la sécurité sociale ne l’est plus. 

Mamady Doumbouya l’a bel et bien dégommé hier, comme il a su le faire avec l’ancien président Alpha Condé, le plus grand imposteur de l’histoire récente de la Guinée. 

Mais par contre, d’autres sont accusés de détournement illicite de fonds publics, et ils sont quand même à leur poste. 

Certains anciens dignitaires du régime Condé ont le passeport confisqué, d’autres sont libres de leurs mouvements. Ils voyagent partout avec l’argent du contribuable guinéen.

Des directeurs financiers limogés, d’autres très voraces dans les domaines des mines à l’image de l’ANAIM à Boké sont encore là.

C’est cela aussi la Guinée.

L’une de ses particularités bien évidemment. Les agents publics manquent de moralité tout simplement.

D’aucuns diront que nous sommes pressés. Et d’autres iront jusqu’à nous demander de nous plier en deux pour faire plaisir à Mamady Doumbouya.

Et pourtant non ! On ne peut pas, car pour le bonheur du peuple, il est grand temps de mettre fin à l’extrême personnalisation du pouvoir et de l’État.

Néanmoins comprenons et admettons que rien n’est immuable. Car Malick Sankhon est dégagé. 

Tout le ciel guinéen obscurci est dégagé aussi. 

Et c’est l’œuvre du colonel président Mamady Doumbouya, même s’il hésite et tâtonne parfois. Même s’il paraît lent. Même si certaines de ces décisions interrogent.

Que parfois on a juste l’impression qu’il ne veut pas être le prochain Jerry Rawlings africain, tellement le cas guinéen est singulier. 

Une situation propre à la Guinée, car nous sommes des tortues en hibernation continue. 

Difficile pour nous d’apprendre à accepter le changement, de rechercher les ajustements, d’être capable de se repositionner. 

Chacun cherche un point de chute, surtout les jeunes. 

Personne ne se remet en question, chacun veut aussi être capable de maîtriser les bas-fonds marécageux, les eaux troubles du paysage politique guinéen.

Peut-être c’est pourquoi Mamady Doumbouya ne veut pas être le prochain Jerry Rawlings. Il maîtrise déjà les bas-fonds marécageux du paysage politique guinéen. 

C’est compliqué ! 

La vie nous oblige parfois à prendre les devants. Mais elle nous apprend aussi à comprendre que le destin est parfois inéluctable, irréversible. 

M le président Colonel Mamady Doumbouya lorsqu’on refuse de comprendre cela, tout risque de recommencer de façon âpre, tiède et étriqué. 

M Alpha Condé que vous gardez jalousement en sait quelque chose. 

Et comme le disait Albert Camus« Il ne faut pas être plus pressé que Dieu et tout ce qui prétend accélérer l’ordre immuable, qu’il a établi une fois pour toutes, conduit à l’hérésie».

Alors prenez bien garde, car vous avez trop de personnes hérétiques autour de vous. 

Ils soutiennent des opinions contraires à celles qui sont généralement considérées comme vraies ou justes par le peuple de Guinée. 

Et ils ont des idées contraires à ce qui est admis par le peuple. Ce sont des habitués des couloirs. 

Comprenez vite mon Colonel ! 

Sinon vous êtes sur le point de commettre des erreurs.

Vos décisions politiques sont déjà pleines d’absurdités, d’anomalies. 

Or, nous ne voulons plus vivre dans absurdistant ! Le temps presse. 

On veut avoir une autre nation qui ne sera plus celle des pressions et des corrompus. 

Vous pouvez encore devenir le Jerry Rawlings de Guinée. Les atouts et l’audace, vous en avez.

Et vous avez encore l’onction populaire, source de votre légitimité. 

Pour ce faire, commencez par mettre la pendule de votre diplomatie émiettée, assombrie à l’heure. 

Aïssatou Chérif Baldé. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.