Guinée:ROGER BAMBA assassiné! L’État guinéen n’existe plus.

Entonnons le plus haut tel un hymne; a-t-il d’ailleurs jamais existé au regard de toutes les souffrances qu’il a fait subir au peuple  depuis le fameux NON qui a apporté tant de désillusions  ensanglantées ?

La liste des victimes de l’État défaillant s’alourdit, Roger Bamba n’est plus ! 

Et après le triomphe du monarque sans couronne, les dégâts de sa monarchie semblent être à l’infini donc.. Une monarchie des travers. 

Cet État guinéen ne cesse de surprendre dans ses travers :un pays qui se proclame démocratique jusqu’à envisager de passer  par un référendum  pour entendre la voix du Peuple, mais publie des résultats autres que ceux approuvés ;  des opposants qui se coalisent longtemps pour contester toute atteinte à la Constitution et qui, finalement acceptent de se présenter à l’élection présidentielle  avec le candidat sortant à qui, on dénie pourtant  cette prérogative ; pire ils participent à son investiture au goût amer; un Président de la République qui se prétend messie et utilise artifices et magouilles pour pouvoir s’arc-bouter  sous les oripeaux d’une Constitution forcée et adaptée à sa posture.

Un président investi sous les couleurs de la haine, de l’oppression, de l’assassinat de prisonniers politiques et  parmi lesquels figurent désormais Roger Bamba qui a sûrement succombé grâce à la torture et les conditions de détention inhumaines auxquelles il a été exposé. 

Une investiture au goût amer pour les migrants guinéens de l’Allemagne, puisque 13 personnes ont été déportés vers la Guinée le 16.12.20 et d’autres doivent suivre pour finir comme prisonniers d’une nouvelle tyrannie sans fin. 

Suis-je peut-être la prochaine cible, puisque le peuple de Guinée a décidé de pardonner le despote et ses sous-dictateurs défaillants, afin que les innocents et les justes puissent être victimes de leur barbarie ? 

Tels sont les grands traits de la physionomie de l’Etat guinéen. 

En effet, c’est un pays à équations multiples qui pratique une démocratie de l’imposture, celle qui défigure le sens des mots et qui installe les maux de toute nature : injustice constitutionnelle, déni de justice constitutionnelle, contentieux sans juge impartial et indépendant, accaparement des biens publics, népotisme, détournement de pouvoir et de fonction, transhumance politique, compromissions. Et cette litanie est simplement indicative.

C’est la déliquescence de l’Etat  qui constitue la marque de fabrique et le signe distinctif de la situation qui prévaut en Guinée.

Il est à cet égard ahurissant et suspect que certains, y compris la communauté internationale, continuent de croire, ou de faire semblant , que ce qui se passe en Guinée n’est que le reflet des turbulences que l’on retrouve partout ailleurs dans nos « démocraties de transition, encore bien fragiles ».

Et pourtant la réalité est toute autre en Guinée: c’est un pays sans  Etat ; tout se confond avec la personne du Président de la République qui est à la fois l’Exécutif, le Législatif et le Judiciaire, et comme  Janus, selon les circonstances et ses intérêts  privés, le pays est orienté dans le sens de ses préférences. 

Ainsi la Guinée est partie vers des élections qui n’en sont pas : les résultats étant déjà connus par la grâce d’acteurs  sans foi ni loi ; la fraude institutionnalisée est en amont, la CENI en aval,  la Cour constitutionnelle en ratissage et l’opposition y a participé quand même. La société civile se tait, les religieux consentants, les partis politiques sans bases électorales se bousculent pour aussi avoir une part du gâteau. 

C’est toute la République qui est à terre, couchée, et qui n’est pas prête de se relever  de sitôt.

Lorsque dans un pays on se targue de se situer sous l’empire d’une  loi fondamentale abrogée, que le symbole de la République use et abuse de méthodes falsificatrices, telle que la délégation monstre en Allemagne pour déshumaniser les guinéens, que la justice se couvre d’un fétichisme juridique de mauvais aloi, c’est admettre et reconnaître que l’ Etat n’est plus ; on  s’en  sert à titre d’adjuvent; on l’invoque pour donner une bonne fausse conscience à autrui qui assiste  passivement  avec une complicité effarante au chant du cygne.

Alors qu’on ne se trompe pas. L’Etat guinéen  n’existe plus ; a-t-il d’ailleurs jamais existé au regard de toutes les souffrances qu’il a fait subir au peuple  depuis le fameux NON qui a apporté tant de désillusions  ensanglantées ? Non et non !

Car s’il existait Roger Bamba et toutes les autres victimes de la barbarie de l’État n’allaient pas disparaître de cette façon nauséabonde. 

Il faut espérer et croire qu’il est encore possible de se relever : la conscience citoyenne ne peut être  statique ; elle constitue un souffle intemporel et universel qui finit toujours par s’incruster après avoir  emporté ,bien souvent par rafales, ceux qui n’ont jamais cessé de se croire éternels.

L’Etat, certainement, n’est  plus en Guinée ; mais il sera, irréversiblement, car demain il fera jour pour les despotes, faux opposants et autocrates qui ne pourront échapper d’être engloutis par les flots de la marée montante qu’ils n’ont cessé de narguer ad nauseam.

Pour nous autres, conscients et patriotes de la République, le soleil se lèvera et ce sourire, mon sourire, le vôtre, cette clé du sol, du cœur, du corps, pour un accord parfait éclaircira ainsi les ténèbres. 

Alors sourions devant cette difficulté, cette tyrannie, cette victoire au goût amer pour les guinéens de partout dans le monde et surtout les migrants guinéens de l’Allemagne, car le faire ce n’est pas de la bêtise ou l’ignorance, c’est plutôt une force du mental, une grandeur du coeur. 

C’est la rançon de l’incurie et de la gabégie, et ce ne sera pas trop payer pour le retour de l’Etat ,pilier de la Nation. Il reste tout juste à continuer la résistance, quelle qu’en soit la forme. 

Aissatou Cherif Baldé 

Un commentaire

  1. Eee ma Guinée le gouvernement de alpha Condé avc son clean il tué les Guinéens comme des poules. Moi chaque fois je demande où est la communote international où la CADEAU 😭😭

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.